Archives mensuelles : août 2014

How to Win Friends & Influence People – MindMeister Mind Map

How to Win Friends & Influence People – MindMeister Mind Map.

How to Win Friends & Influence People by Dale Carnegie

Fundamental Techniques in Handling People

Don’t criticize , condemn or complain.

Give honest and sincere appreciation.

Arouse in the other person an eager want.

How to Win People to Your Way of Thinking

The only way to get the best of an argument is to avoid it.

Show respect for the other person’s opinions.  Never say, « You’re wrong. »

If you are wrong, admit it quickly and emphatically.

Begin in a friendly way.

Get the other person saying « yes, yes » immediately.

Let the other person do a great deal of the talking.

Let the other person feel that the idea is his or hers.

Try honestly to see things from the other person’s point of view.

Be sympathetic with the other person’s ideas and desires.

Appeal to nobler motives.

Dramatize your ideas.

Throw down a challenge.

Be a Leader: How to Change People Without Giving Offense or Arousing Resentment

Begin with praise and honest appreciation.

Call attention to people’s mistakes indirectly.

Talk about your own mistakes before criticizing the other person.

Ask questions instead of giving direct orders.

Let the other person save face.

Praise the slightest improvement.  Be « hearty in your approbation and lavish in your praise. »

Give the other person a fine reputation to live up to.

Make the other person happy about doing the thing you suggest.

Six Ways to Make People Like You

Become genuinely interested in other people.

Smile.

Remember that a person’s name is to that person the sweetest and most important sound in any language.

Be a good listener.  Encourage others to talk about themselves.

Talk in terms of the other person’s interests.

Make the other person feel important–and do it sincerely.

Modèles de cahier des charges

Modeles de cahier des charges

http://www.commentcamarche.net/contents/web-365508689

http://www.commentcamarche.net/faq/9660-cahier-des-charges-d-un-site-internet

http://www.joliespages.com/pages/cahier3.php

http://www.uxapprentice.com/resources/stakeholder-interview-template/

Générateurs de book

générateur de books

LaTeX

jsPDF

jsPDF is an open-source library for generating PDF documents using nothing but Javascript. You can use it in a Firefox extension, in Server Side Javascript and with Data URIs in some browsers. https://code.google.com/p/jspdf/ demo : http://parall.ax/products/jspdf

pdfKit

http://pdfkit.org/ PDFKit is a PDF document generation library for Node that makes creating complex, multi-page, printable documents easy. It is written in pure CoffeeScript, but you can choose to use the API in plain ‘ol JavaScript if you like. The API embraces chainability, and includes both low level functions as well as abstractions for higher level functionality. The PDFKit API is designed to be simple, so generating complex documents is often as simple as a few function calls. Check out some of the documentation and examples to see for yourself! démo : http://pdfkit.org/example.pdf

Bytescout PDF Generator SDK for Javascript

BytescoutPDF.js provides 100% client side PDF generation with text, images, graphics, links, html formatting. No Acrobat or server side components required to work! With this script PDF is generated on the client-side in the browser http://bytescout.com/products/developer/pdfgeneratorsdkjs/index.html FREE for non-commercial use 100% client side javascript works in all modern browsers including Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari, iOS Safari designed to create rich PDF reports with images, tables and text; allows to add bookmarks (outlines) tree; supports links (internal and external); supports text style, font size, color, style changes using  HTML formatting;  5 different fonts supported with bold, italic, underline styles and auto wrapping;  supports images (from URL) and drawings from canvas;  can set document information for PDF  can stream generated PDF right to browser or as attachment to download  18 source code samples to copy and paste from!

Les outils de Matt Landau

http://www.vacationrentalmarketingblog.com/resources/

(à reprendre)

tt’s Top 21 Vacation Rental Resources  If you are like all the owners and managers on my newsletter, you’re always on the look out for new tools and services to help solve a problem or make more efficient some aspect of your vacation rental business.  And since so many of my subscribers are constantly asking me “Matt, what software did you use to do this?” or “Matt, what tool did you use to record that?” I’ve decided to share all my resources below.  While I always have plenty to recommend, these are only resources that I use myself. Most of them are free! So just share this page using the lock-box below and get access to them all right now_…  Email Management  iContact: There are some bigger and more reputable email services out there, but I’ve also often used iContact and am perfectly happy with it. In fact, this is the provider I use for my newsletter to you all. It’s a bit more expensive but does the trick just fine.  Rapportive: The coolest way to spy on exactly who your prospective guests are, where they live, and what they do for a living. Simply install it and watch on the sidebar of your email (Gmail and Outlook only I believe) the magic happen.  Boomerang: If you ever struggle with following up no-reply guests, this tool will save your life. I have been using it now for about 2 years and although it is free, I would totally pay any price they asked: that’s how awesome Boomerang is.  Hosting  BlueHost: If you’re going to host your website somewhere, do it with BlueHost. They’re pretty much the best in the game at hosting and their customer service is top-notch. [Full disclosure: when you click this link, it gets attributed to my referral account]  GoDaddy: I’ve used GoDaddy too for some of my websites and they do a very efficient and easy job of the URL>website process. Plus there are TONS of tutorials on YouTube that walk beginners through pretty much every single step.  Content Creation  Wordle: If you’ve ever seen one of the word clouds I’ve created, I probably used this tool to create it. It’s free, easy, and pretty darn flexible.  Pressbooks: This is my newest weapon in creating eBooks for you all. It’s new, incredibly simple (literally, publishing your content into the form of an E-Book is no harder than copy/pasting an email) and best of all, it’s free! The creator Hugh is also very customer-oriented.  Flickr: If you’re looking to use stock photos of your region that won’t get you in trouble for copyright infringement, this is the site for you. Just be sure to do your searches using the Creative Commons License (those are photos that the authors don’t mind being distributed).  Video  Camtasia: This is the software that I use to record all my screencast videos. It’s incredibly simple, has versions for both Windows and Mac, and utilizes this simple upload feature so you can put the video on YouTube with one click. Having researched them all, Camtasia is pretty much the gold standard.  Websites  WordPress: It’s no secret that WordPress is the easiest, most straightforward platform on which to build your website. Most DIY vacation rental owners use it (and so do I).  WooThemes: If you have a WordPress website, here is the theme company I use most often. The template for my blog is the Gazette template and I’ve had tons of success with other templates of theirs as well. For like $70 you can get three themes (and they’re all really nicely formatted and easy to use).  WPSharely: I’m pretty sure that this tool was single-handedly responsible for my giant boost in subscribers. It’s the cool little locked-module that requires users to share a page (whatever page you want) via Facebook, Twitter, or Google+ in order to unlock the contents.  ThriveThemes: This is the theme I use for my blog and it is by far the best theme I’ve ever purchased with WordPress. Plain and simple.  HelloBar: I love this tool and while I’m not using it at the moment, it is IDEAL for promoting special deals or offers at your rental. In fact, a number of my subscribers are putting it to great use. It shows up in the form of a sexy and sleek orange bar at the top of your site (and there’s a free version).  Online Bookings  ReservationKey: I get asked a lot about which booking system I use and while it’s not the sexiest or most comprehensive, I have been nothing but content with ReservationKey and it’s proprietor, John, who is available around the clock for questions. Cheap, fast, everything you need (nothing you don’t).  InfusionSoft: Folks often ask what CRM platform I use for this blog and the answer is the almighty InfusionSoft. It’s what basically runs “my marketing life” and has quite a steep learning curve (so definitely consult the reps before purchasing).  Press Releases  PRWeb: I’ve used plenty of press release services before but I still seem to get the best results with PRWeb. I’ve even gone as far to visit their offices in Maryland and meet with their president and CFO!  PR.com: Not quite as powerful but still certainly worth a try, especially if you’re new to press releases.  Analytics  Google Analytics: You simply aren’t doing your job if you don’t have Google Analytics installed on your personal website. It’s free, it gives you scientific-like insight into where your guests are coming from, and most importantly, it can be installed with literally the click of a button.  Google Keyword Selector Tool: If you were ever wondering about the demand for vacation rentals in any given market, Google’s keyword selector tool is the best in the bunch. Simply type in your search term and see volume/competition throughout the world.  Zipinion: You’ve probably read my articles about these guys, but if not, Zipinion is a great tool to get feedback about your property from anonymous and unbiased individuals. Great tool, great customer service.  Open Site Explorer: Ever wondered how your competitors are getting all their leads? This tool provides every nitty gritty detail about your competitors’ website free of charge (I think it’s like 5 free searches per day)  Oh and if you have any tools or resources you think I should be using (that’s not listed above) please send them on over! (Please, no self-promoting plugs here.)

Mindmapping

MindMapping

cet outil ! MindMeister (link)

gratuit et payant

version iPad

intégré à Google Drive

Mindmup (link)

pour un usage BASIQUE

gratuit

online

intégré à Google Drive

tres pauvre en mise en page

pas de lien entre carte

pas de version iPad

copier/coller de texte pour créer des noeuds ne fonctionne pas

pas de NOTES

XMIND (link)

gratuit et payant

mise en forme plus évoluée

pas intégré à Google Drive

pas de version iPad

freeplane (link)

gratuit

opensource

pauvre en mise en page

pas de version iPad

VuE (link)

opensource

AUTRES

http://www.mindmeister.com/139214831/mind-mapping-programs

cartes publiques (link)

Construire une carte heuristique (link)

http://www.mindmeister.com/users/channel/mm_tthornton

http://www.mindmeister.com/56757692/a-world-without-email-email-is-where-knowledge-goes-to-die

http://www.mindmeister.com/users/channel/RobinGood

http://www.mindmeister.com/users/channel/krasnic

Calculateur d’itinéraire

Calculateur d’itinéraire passant par  PLACE

GOOGLE MAP

web services (link)
https://developers.google.com/maps/documentation/directions/ (link)

The Google Directions API is a service that calculates directions between locations using an HTTP request

2,500 directions requests per day.

When the mode of transportation is driving, walking, or cycling, each directions search counts as a single request.

Searching for transit directions counts as  4 requests.

Individual requests for driving, walking, or cycling directions may contain up to 8 intermediate waypoints in the request. Waypoints can not be specified for transit requests.

https://developers.google.com/maps/documentation/imageapis/ (link)
https://developers.google.com/places/ (link)

https://developers.google.com/places/documentation/ (link)

The Google Places API is a service that returns information about Places — defined within this API as establishments, geographic locations, or prominent points of interest — using HTTP requests. Place requests specify locations as latitude/longitude coordinates.

staticMap
http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=28302,Gallardon,France&zoom=14&size=512×512&maptype=roadmap&markers=color:blue|label:S|40.702147,-74.015794&markers=color:green|label:G|40.711614,-74.012318&markers=color:red|color:red|label:C|40.718217,-73.998284&sensor=false&key=AIzaSyBrdi03QidyDemfWkewyzQkjRzhmMDjiXE (link)
maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=28302,Gallardon,France&zoom=14&size=512×512&maptype=roadmap&markers=color:blue|label:S|40.702147,-74.015794&markers=color:green|label:G|40.711614,-74.012318&markers=color:red|color:red|label:C|gallardon|label:C|Ymeray&sensor=false&key=AIzaSyBrdi03QidyDemfWkewyzQkjRzhmMDjiXE
zoom 10, taille 1024

http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=28302,Gallardon,France&zoom=10&size=1024×1024&maptype=roadmap&markers=color:green|label:G|Gallardon&markers=color:red|color:red|label:C|Bailleau|label:C|Ymeray&sensor=false&key=AIzaSyBrdi03QidyDemfWkewyzQkjRzhmMDjiXE (link)

zoom 10, taille max = 640, 3 marqueurs

http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=28302,Gallardon,France&zoom=10&size=640×640&maptype=roadmap&markers=color:green|label:G|Gallardon&markers=color:red|color:red|label:C|Bailleau|label:C|Ymeray&sensor=false&key=AIzaSyBrdi03QidyDemfWkewyzQkjRzhmMDjiXE (link)

viewport, centré sur chartres, avec Dreux et Rambouillet de Visible

http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=Chartres,%20France&visible=Dreux,France|Rambouillet,France&size=512×512&sensor=false&visual_refresh=true (link)

viewport, centré sur chartres, avec Dreux et Rambouillet de Visible, zoom:10 + marqueur Gallardon

http://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=Chartres,%20France&visible=Dreux,France|Rambouillet,France&size=512×512&sensor=false&visual_refresh=true&zoom=10&markers=color:green|label:G|Gallardon (link)

url limité à 2048 caracteres
sinon (link)
google engine lite
https://support.google.com/mapsenginelite/?hl=fr (link)
ATTENTION AUX TERMES DE LA LICENCE
support

Parametres

key — Your application’s API key. This key identifies your application for purposes of quota management and so that Places added from your application are made immediately available to your app. Visit the APIs Console to create an API Project and obtain your key.
location — The latitude/longitude around which to retrieve Place information. This must be specified as latitude,longitude.
radius — Defines the distance (in meters) within which to return Place results. The maximum allowed radius is 50 000 meters. Note that radius must not be included if rankby=distance (described under Optional parameters below) is specified.
sensor — Indicates whether or not the Place request came from a device using a location sensor (e.g. a GPS) to determine the location sent in this request. This value must be either true or false.

Optional parameters

keyword — A term to be matched against all content that Google has indexed for this Place, including but not limited to name, type, and address, as well as customer reviews and other third-party content.
language — The language code, indicating in which language the results should be returned, if possible. See the list of supported languages and their codes. Note that we often update supported languages so this list may not be exhaustive.
minprice and maxprice (optional) — Restricts results to only those places within the specified range. Valid values range between 0 (most affordable) to 4 (most expensive), inclusive. The exact amount indicated by a specific value will vary from region to region.
name — One or more terms to be matched against the names of Places, separated with a space character. Results will be restricted to those containing the passed name values. Note that a Place may have additional names associated with it, beyond its listed name. The API will try to match the passed name value against all of these names; as a result, Places may be returned in the results whose listed names do not match the search term, but whose associated names do.
opennow — Returns only those Places that are open for business at the time the query is sent. Places that do not specify opening hours in the Google Places database will not be returned if you include this parameter in your query.
rankby — Specifies the order in which results are listed. Possible values are:
prominence (default). This option sorts results based on their importance. Ranking will favor prominent places within the specified area. Prominence can be affected by a Place’s ranking in Google’s index, the number of check-ins from your application, global popularity, and other factors.
distance. This option sorts results in ascending order by their distance from the specified location. Ranking results by distance will set a fixed search radius of 50km. One or more of keyword, name, or types is required.
types — Restricts the results to Places matching at least one of the specified types. Types should be separated with a pipe symbol (type1|type2|etc). See the list of supported types.
pagetoken — Returns the next 20 results from a previously run search. Setting a pagetoken parameter will execute a search with the same parameters used previously — all parameters other than pagetoken will be ignored.
zagatselected — Restrict your search to only those locations that are Zagat selected businesses. This parameter does not require a true or false value, simply including the parameter in the request is sufficient to restrict your search. The zagatselected parameter is experimental, and only available to Places API enterprise customers.

API KEY

AIzaSyBrdi03QidyDemfWkewyzQkjRzhmMDjiXE

PLACE TYPES

accounting
airport
amusement_park
aquarium
art_gallery
atm
bakery
bank
bar
beauty_salon
bicycle_store
book_store
bowling_alley
bus_station
cafe
campground
car_dealer
car_rental
car_repair
car_wash
casino
cemetery
church
city_hall
clothing_store
convenience_store
courthouse
dentist
department_store
doctor
electrician
electronics_store
embassy
establishment
finance
fire_station
florist
food
funeral_home
furniture_store
gas_station
general_contractor
grocery_or_supermarket
gym
hair_care
hardware_store
health
hindu_temple
home_goods_store
hospital
insurance_agency
jewelry_store
laundry
lawyer
library
liquor_store
local_government_office
locksmith
lodging
meal_delivery
meal_takeaway
mosque
movie_rental
movie_theater
moving_company
museum
night_club
painter
park
parking
pet_store
pharmacy
physiotherapist
place_of_worship
plumber
police
post_office
real_estate_agency
restaurant
roofing_contractor
rv_park
school
shoe_store
shopping_mall
spa
stadium
storage
store
subway_station
synagogue
taxi_stand
train_station
travel_agency
university
veterinary_care
zoo

Exemple (link)

<!DOCTYPE html PUBLIC « -//W3C//DTD XHTML 1.0 Transitional//EN » « http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd »>                                                                                                             //<![CDATA[                   var map = new GMap2(document.getElementById(« gmapper_map »));                   var geocoder = new GClientGeocoder();                 map.enableScrollWheelZoom();                       var mapdiv = document.getElementById(« gmapper_map »);                      GEvent.addDomListener(mapdiv, « DOMMouseScroll », wheelevent);                       mapdiv.onmousewheel = wheelevent;                                   //map.addControl(new GSmallMapControl());                   map.addControl(new GMapTypeControl());                   //var mycontrol = new GHierarchicalMapTypeControl();                  //var mycontrol = new GMapTypeControl();                  //map.addControl(mycontrol);                 map.setCenter(new GLatLng( 46.2276380,2.2137490),6);                                       //alert(response.Status.code);                  new GKeyboardHandler(map);                   map.enableDoubleClickZoom();                   map.enableContinuousZoom();                   map.setMapType(G_NORMAL_MAP);                                   var interval = setInterval(« tilechk() »,500);                  //]]>                                                                  //<![CDATA[                 //map.addControl(new GScaleControl());                 var bounds = new GLatLngBounds();                     latlngtmp = new Array();                    var marker = new Array();                     GEvent.addListener(map, »click », function(overlay, latlng) {                        if (latlng) {                      latlngtmp[count] = latlng;                      var image = (!count) ? new Array(« http://www.distance.to/img/mrk.strt.png »,28,16) : image = new Array(« http://www.distance.to/img/mrk.png »,28,16);                       //map.openInfoWindow(latlng, myHtml);                      marker[count] = createMapMarker(latlng,image);                      map.addOverlay(marker[count]);                      //map.setCenter(latlng);                  if(count >= 1) {                  var _color = Math.floor(Math.random() * 16777215) + 1;                  var polyline2 = new GPolyline([                  latlngtmp[count-1],                      latlngtmp[count]], »# »+_color.toString(16),3,0.9);                  map.addOverlay(polyline2);                  showVarDistance(new Array(latlngtmp[count-1].y, latlngtmp[count-1].x), new Array(latlngtmp[count].y, latlngtmp[count].x),count, »# »+_color.toString(16));                  }                  count++;                    }                  });map.addControl(new GMapTypeControl());//]]>                                                                                      <!–              [if lte IE 6]><![endif]              –>                                                                  

Exemple code Googl Store locator Php/mySQL (link)

Exemple Javascript pour trouver PLACES (link)

CONSOLE API (link)

GOOGLE MAP ENGINE

https://mapsengine.google.com/admin/?newuser=true&authuser=0&pli=1#MapCreationPlace:cid=05658090892726499480&v=MAP_CREATION&aid=05658090892726499480-16071188762309719429 (link)

Lever des fonds

LEVER DES FONDS

A qui s’adresse la levée de fonds

La levée de fonds s’adresse aux projets à fort potentiel de développement à 3-5 ans.

Dans tous les cas, les projets doivent présenter de fortes perspectives de croissance du chiffre d’affaires et une bonne rentabilité, ainsi qu’un positionnement stratégique qui pourrait éventuellementpermettre d’envisager une revente de la société.

le principe

Capital Amorçage pour financer le démarrage de l’activité et ses premiers besoins,

Capital Développement pour financer le développement de l’entreprise et l’accélération de sa croissance.

RESEAUX

GOOGLE VENTURES

La France compte également 8 000 Business Angels, dont la moitié rassemblée dans 84 réseaux

http://fundme.fr/fr/ (link)

http://www.thefamily.co/ (link)

http://france.thefailcon.com/ (link)

https://www.decideurstv.com/ (link)

http://www.scoop.it/t/live-startup-decideurstv (link)

http://www.maddyness.com/ (link)

le magazine des startups françaises

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/thierry-merquiol-interview-de-thierry-merquiol.shtml (link)

ARTICLES

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/reussir-son-business-plan/ (link)

http://blogs.lexpress.fr/entrepreneurs-grand-angle/2013/09/23/levee-de-fonds-des-entrepreneurs-investisseurs-partagent-leurs-experiences-22/ (link)

http://blogs.lexpress.fr/entrepreneurs-grand-angle/2014/04/25/levee-de-fonds-comment-negocier-son-pacte-dactionnaires/ (link)

http://blogs.lexpress.fr/entrepreneurs-grand-angle/category/conseils-de-startupers/ (link)

http://www.jcarmand.com/financement-entreprise/startups-comment-lever-des-fonds/ (link)

http://www.jesuisentrepreneur.fr/lever-des-fonds.html (link)

http://www.guilhembertholet.com/blog/tag/levee-de-fonds/ (link)

méthode

Avant la rédaction du dossier : Se mettre à la place de l’investisseur

3 à 5 minutes :c’est à peu près le temps que consacre un investisseur à lire un Business plan, s’il le lit. Autrement dit, il faut que votre dossier se démarque.
demandez-vous si vous seriez prêts, en tant qu’investisseur, de participer au projet.
demandez  à des amis et relations (ayant une pratique du capital-investissement, à défaut une aversion plutôt faible au risque financier), leur avis sur le business plan et si ils seraient prêts à investir dans votre projet.

Points clés

Si l’on a vu que la qualité de l’équipe était fondamentale aux yeux des investisseurs,
le business plan est également un passage obligé.
Et notamment l’executive summary, son résumé.
« On peut aussi évoquer la clause d’implication, renchérit Serge, des investisseurs n’investiront pas dans des sociétés où les entrepreneurs ne sont pas opérationnels et à 100% sur le projet. C’est fondamental. » (link)
Montrez-vous réceptif et ouvert vis-à-vis des observations et réserves formulées par les investisseurs. Cela prouve votre capacité à vous remettre en cause, bref votre flexibilité. Les investisseurs apprécient généralement car la capacité d’adaptation d’un porteur de projet est déterminante dans la réussite d’un projet. Mais bien entendu, cela ne doit pas signifier une remise en cause de votre projet.

Le Chapô

C’est la carte d’identité de votre entreprise/projet,
elle doit apparaitre au début du document Précisez  en quelques lignes, ou sous forme de tableau,
le nom de la société,
le statut de l’entreprise,
le logo,
le stade d’avancement du projet,
votre slogan ou vocation,
ainsi que quelques chiffres clés concernant votre activité
(CA ou objectifs de CA,
nombre de clients prévus…
etc).

L’Executive Summary,

pour donner envie d’en savoir plus
« L’erreur la plus classique, c’est de venir avec un dossier technique de 70 pages en mauvais anglais. Personne n’a envie de lire un tel dossier ! Nous, nous  faisons des teasers pour commencer. 2 pages maximum. Une sorte d’elevator pitch. Objectif : que l’investisseur décroche son téléphone. Qu’il se dise qu’il ne perdra pas son temps avec vous. Vous lui prenez 10 minutes avec le teaser, puis 1h pour un RDV et après c’est l’engrenage. L’idée, c’est qu’à la fin il aligne le chèque ! »
Un investisseur reçoit énormément de dossiers pour n’en choisir qu’un sur 100 par an en moyenne.  Donc ayez pitié de votre interlocuteur ! »
« La bande annonce de votre projet » : c’est ainsi que Guilhem Bertholet, responsable de l’incubateur HEC, définit l’Executive Summary. Ce document n’est rien de plus qu’un résumé sur deux pages de votre projet.
Deux pages, à préparer longuement
votre offre ou service,

expliquez en quoi elle consiste et en quoi elle répond à un véritable besoin

votre business model,

à savoir comment vous comptez gagner de l’argent.

Listez vos principaux concurrents
quelques lignes sur l’état du marché que vous visez
les principales étapes de votre plan marketing, commercial
les grandes lignes de votre plan d’action
terminez par quelques chiffres

en précisant du montant dont vous disposez, et

surtout des objectifs que vous pensez atteindre

présentation de l’équipe
faites des petits paragraphes de 5 à 6 lignes maximum, soyez sobre
faites plusieurs versions selon le destinataire
tester
A HEC, il distribue un Executive Summary à plusieurs personnes qui ont 1 minute 30 pour le lire. Si après le temps écoulé, ces derniers ne peuvent pas expliquer en quoi consiste le projet et son Business Model « c’est que le document a été mal réalisé », explique-t-il.
l’ACCROCHE
Pour passer ce premier tri, Guilhem Bertholet conseille de: « faire attention à l’accroche, souvent pas assez travaillée par les entrepreneurs. Que ce soit une tournure de phrase dans un mail, ou à l’oral lors d’un entretien téléphonique ou physique, la première impression est capitale ».
« le site de référence pour les propriétaires qui louent leur maison moins de 4 mois par an »
Connaitre l’investisseur pour personnaliser son dossier
Business Angel

Business Angel, d’un fond de capital risque classique. « Le business Angel est à la recherche d’une aventure, il faut le faire rêver », explique Guilhem Bertholet.

Fond de capital risque

Un fond de capital risque prêtera plus d’attention à la rentabilité du projet.

Fond d’investissement

Enfin, des fonds d’investissement plus petits, qui investissent souvent dès l’amorçage (en « early stage »), doivent se sentir plus engagés dans votre démarche.

Alven Capital,

Les fonds d’investissement cherchent des projets qui puissent se décliner à l’International.

connaître les les secteurs dans lesquels il a investi et sa spécialité (réseaux sociaux, e-Commerce, Telecom, logiciel…)
Assya Corporate Finance
l faut engager l’investisseur personnellement, qu’il sente qu’on est venu le chercher lui et pas un autre

1ère étape du business plan : définir son offre

L’offre doit correspondre à un besoin. Il est impératif que l’entrepreneur explique à quel besoin son offre répond.
votre offre doit venir enlever l’épine enfoncée dans le pied de votre client »
l’offre est la réponse à un problème »

Parlez donc d’abord du problème à résoudre…avant de parlez de votre offre

Le projet doit être ambitieux, avoir une vision Internationale et vouloir changer le monde
« être lu » puis « être fait pour que l’investisseur puisse s’approprier facilement l’idée et en parler autour de lui »
montrez en quoi votre offre est la solution idéale pour y répondre
mais pour séduire un fond de de capital risque mieux vaut ne pas cibler une niche trop étroite
Montrez donc en quoi votre projet est révolutionnaire
Définissez la cible en restant cohérent
Il est impératif d’essayer de faire une description la plus précise possible de votre cible.
Essayez en quelques lignes de  faire un portrait robot de votre client, en précisant

son âge,

son pouvoir d’achat,

ses habitudes de consommation…etc.

Soyez également cohérent dans la définition de votre clientèle. « Si l’on cherche à vendre une solution grand compte à une PME, cela ne fonctionnera pas » précise Chipper Boulas. Ce dernier insiste sur le fait qu’il faut, avant toute chose, parler du client, et se positionner par rapport à ses besoins, et non par rapport à la concurrence.

Faites attention aux signaux implicites mais négatifs contenus dans votre business-plan. Un business plan est comme un discours. Il comporte non seulement un langage explicite mais également un langage gestuel, souvent beaucoup plus important que le premier. Le langage explicite, c’est bien évidemment ce qui est écrit. Le langage gestuel d’un business-plan est constitué par tous les non-dits (ou plutôt non-écrits) qui traduisent votre capacité à mener le projet dans de bonnes conditions et par conséquence votre capacité à séduire les investisseurs.

Etude de la concurrence et Business Model

CONCURRENCE
Une erreur souvent faite par les entrepreneurs est de dire qu’il n’y a pas de concurrent, comme si cet argument allait convaincre un investisseur…

Ne jamais dire qu’il n’y a pas de concurrence

comment font aujourd’hui les clients que je vise ? »

ne pas dénigrer ou sous-estimer ses concurrents

montrez plutôt que vous avez « remarqués certaines faiblesses »

Lister vos concurrents
leurs forces et faiblesses
illustrez si possible de quelques chiffres
/ Analyser les risques et les probabilités

Notez ces risques selon leurs probabilités de réalisation, par exemple sur une échelle de 1 à 5

faire des prévisions sur leurs actions futures et les risques que cela représenteraient pour vous
ne pas citer un concurrent que nous connaissons peut être disqualifiant
trouvez vous un ennemi de référence

Prenez le nom du leader de votre marché et ajoutez y un qualitatif du type « l’anti untel », « le untel mais en qualitatif « ou encore »le untel à la portée de tous ». Cela vous permettra de gagner du temps lors de l’explication en montrant vos atouts, mais aussi de montrer que vous avez de l’ambition.

LE BUSINESS MODEL
expliquer de manière simple comment vous comptez gagner de l’argent
En clair, qui paye quoi ?
Trois phrases ou un schéma doivent suffire à expliquer un Business Model »
le Business Model de Canvas (schéma pratique développé par les auteurs du livre Business Model Génération) est assez utile pour visualiser clairement le fonctionnement de votre Business Model, à savoir (link)

qui sont vos clients,

quelles sont vos ressources et

vos activités clés,

vos partenaires stratégiques,

votre structure de coût et de revenus…

etc.

e revenue Model peut évoluer dans le futur mais il faut une  vision
idée sur la manière dont on pense créer de la valeur sur du long terme
Ne pas faire de chiffre d’affaire immédiatement ne signifie pas ne pas être rentable dans le futur »

Plan commercial, plan marketing, et plan d’action : soyez concret

Comment comptez-vous séduire vos premiers clients ?
Vous démarquer de la concurrence ? Dans cette partie, il faut être très concret.
PLAN MARKETING
Chiffrez le coût de chacune de vos actions et les retombées attendues.
Comment s’organise votre distribution ?
Comment comptez-vous vous faire connaitre ?
se fixer des objectifs précis comme  par exemple

« obtenir 10 articles presse » ou

« avoir gagner client avec des adwords ».

quel est votre prix de vente ?
PLAN COMMERCIAL
combien de client visez-vous ?
Combien de CA ?
Quels sont vos objectifs de part de marchés ?
Combien vous coute l’acquisition d’un nouveau client ?
votre processus de vente,

à savoir comment-vous comptez démarcher concrètement un futur client, qui s’en occupe, et

quelle est la méthode utilisée ?

cycle de vie du client

Enfin, le responsable de l’incubateur HEC conseille de dire un mot sur le cycle de vie du client, « cela permet de montrer à l’investisseur que vous connaissez bien votre marché et son fonctionnement ».

PLAN D’ACTIONS
vos démarches à 3 mois, 1 an et 3 ans

vos objectifs quantitatif et qualitatif,

les actions que vous comptez réaliser pour y parvenir, à court, moyen et long terme,

ainsi que les ressources allouées.

exemple d’action à 3 ans :

être n°1 en Europe avec « x » ventes ;

exemple d’action à 1 an :

embaucher un commercial ;

exemple d’action à 3 mois :

participer à « x » salons…etc. « 

Le plan d’action doit être une synthèse de votre projet, compréhensible rapidement et doit montrer les  grandes étapes des actions à venir », indique Guilhem Bertholet.

Précisez enfin les deadlines
et le responsable pour chacune des réalisations
un plan d’action détaillé de 3 à 9 mois suffit dans un premier temps.

Prévisions financières : Utiliser les chiffres pour raconter une histoire

La partie financière arrive souvent en dernière position dans le dossier. Cette partie doit comprendre plusieurs documents obligatoires.
Synthétisez vos documents financiers sur deux pages
Faites des petits tableaux récapitulatifs et regroupez les grandes lignes par catégories pour gagner de la place »
Par exemple, regroupez les différents frais de fonctionnement (électricité, fournitures…) en une seule catégorie :
compte de résultat prévisionnel,
Peu importe si quelques données sont inexactes, l’important c’est d’être cohérent »
le fait de se montrer trop optimiste dans les résultats est en général une critique que font beaucoup d’investisseurs aux entrepreneurs
Sachez aussi raconter une histoire à travers les chiffres pour mieux les expliquer. « Un client revient « x » fois et il dépense « x » euros, ce qui me permet de déterminer  « x » chiffre d’affaire »
ajoutez des indicateurs clés.
un tableau de flux de trésorerie ainsi qu’
divisez vos estimations par 2
aussi appelé « cash flow »
une boite sur deux fait faillite à cause d’un défaut de trésorerie

ce tableau sera très étudié par l’investisseur qui va regarder attentivement si vous pourriez faire face en cas de défaut de paiement d’un client par exemple

diviser le chiffre d’affaire prévisionnel par deux pour voir si vous pourriez faire face au cas où vos prévisions mettent deux fois plus de temps à se réaliser »
ce document doit  vous permettre d’expliquer en quoi le financement recherché correspond bien à vos besoins
un plan de financement où il vous faudra décrire
vos ressources initiales,
déterminer vos besoins et

d’écrire noir sur blanc combien vous recherchez à lever afin que l’investisseur ait une idée, dès le départ, de l’argent qu’il devra sortir. « 

Nous apprécions de connaitre dès le début les montants recherchés

ne donnez pas de valorisation précise de votre société, c’est une étape qui vient après », ajoutent-ils

l’affectation que vous comptez faire des ressources perçues
Un seuil de rentabilité (ou point mort)
doit également être indiqué afin de montrer clairement à l’investisseur à quel moment vous comptez dégager un bénéfice.

L’équipe et les indicateurs d’activité : Pas de levée de fond sans équipe

Il est aujourd’hui très difficile de lever des fonds sans équipe car les investisseurs savent bien souvent à quel point il est éprouvant de porter un projet seul. Autre importance selon Chipper Boulas, de Boulas Venture : « il est important d’être au moins 2 pour permettre le débat et la remise en question ».
Il est important d’être au moins deux pour permettre le débat et la remise en question
présentez les responsabilités de chacun
il est important de mettre en valeur une certaine complémentarité dans les compétences de chacun
il existe trois grandes catégories de compétences :

l’Engineering et développement,

le commercial et marketing,

et le design.

« Pour bien fonctionner, une équipe doit maitriser en interne au moins 2 de ces 3 compétences »,
Rassurer l’investisseur en indiquant les modalités de séparation
ajoutez une mention qui précise les modalités de séparation de l’équipe
indiquer qu’un pacte a été conclu entre les membres de l’équipe et que ce pacte est à disposition des investisseurs », ceci permettra de les rassurer en cas de départ précipité d’un des membres de l’équipe
Créer au moins une version beta ou un prototype
aujourd’hui, créer une entreprise ou un service Internet ne coute presque rien
pouvoir tester le service avant d’investir
Concevez donc au moins un prototype ou une version beta avant de venir voir un investisseur.
Mettez en valeur votre dynamique d’activité, même vos « fans » Facebook
tous les indicateurs quantitatifs ou qualitatifs susceptibles de mettre en valeur votre entreprise
attacher beaucoup d’importance à la « dynamique » de la société
l’évolution du service au cours des derniers mois
la croissance de l’engagement utilisateur,
ou encore le nombre d’articles de presse,
le nombre de fans sur Facebook, etc. »

Envoyer son dossier et le défendre à l’oral : faites-vous recommander

email
« Restez simple :
le concept,
le rêve que je vends et
les chiffres des perspectives commerciales et financières ».
Faites-vous recommander
Parmi les nombreux dossiers reçus par un investisseur chaque année, il est souvent préférable de se faire garantir un minimum d’attention en se faisant recommander.
Vous ne connaissez personne ? Sortez et créez-vous un réseau.
Il existe aujourd’hui de nombreux évènements où il est possible de rencontrer entrepreneurs confirmés ou business angels. Entrez en contact avec eux via des blogs ou les réseaux sociaux.
participer aux nombreux concours d’aide aux créations d’entreprises

au moins un business angel est membre du jury

s’appuyer sur un leveur de fond peut être intéressant
Il vous permettra de limiter les erreurs et surtout de gagner du temps dans la recherche du fond le mieux adapté pour votre projet.
N’oubliez pas qu’un fond d’investissement entre dans votre capital et que par conséquent, choisir son actionnaire est presque aussi important que le choix d’un associé.
Ciblez et triez vos interlocuteurs
Les fonds d’investissement sont généralement spécialisés par secteur et investissent à différents stades de la vie d’une société. Ainsi, il est nécessaire de cibler les bons investisseurs pour votre projet. Autre conseil de Pascal Mercier d’Assya Corporate Finance : « ne pas contacter des fonds qui auraient déjà investi dans votre principal concurrent ».
Présenter son dossier à l’oral : 20 slides en 45 minutes
Une fois l’Executive Summary envoyé,
l’entretien téléphonique réussi et
le rendez-vous décroché, il vous faudra donc
présenter votre dossier à l’oral devant l’investisseur.

Bien souvent, la présentation se fait sur Powerpoint, en une vingtaine de slides maximum.

Prenez 45 minutes pour laisser 15 minutes de question.

Charles Le Tourneur d’Alven Capital insiste sur le fait que « dépasser le temps prévu, ne pas savoir répondre aux questions et surtout se contredire entre associés sont autant d’éléments disqualifiants »

Faites-vous-même la présentation auprès des investisseurs.

En effet, le leadership ne doit revenir ni aux actionnaires minoritaires, ni aux conseils. Toutefois, ces derniers peuvent participer à ces présentations.

Faites une démonstration du service et soyez naturel
il est important de bien expliquer en quoi consiste votre produit ou service
placez vous d’un point de vue utilisateur et faites une démonstration.

Si la démonstration ne peut se faire, insérez une vidéo ou des captures d’écran »

soyez naturel.

‘investisseur investira également sur votre personne, par conséquent

sachez vous montrer sympathique,

énergique et

montrez votre personnalité.

Enfin, préparez plusieurs dossiers au format papier afin de laisser plusieurs exemplaires aux investisseurs présents.

Cycle

« Tu n’as pas encore connu d’échec. Quand ce sera le cas, reviens nous voir mais on n’a pas envie que tu le vives avec nous ! »
« Revenez nous voir plus tard, c’est un peu trop tôt pour nous »
« Entre le premier picth du roadshow, la tournée des investisseurs, et le closing, quand l’argent arrive effectivement sur le compte, il faut compter en moyenne entre 3 et 6 mois », assure Michel de Guilhermier. « Et le dirigeant ne doit pas oublier l’opérationnel pendant cette période », juge Olivier Mathiot.
Et si les résultats ne sont pas au rendez-vous ? (link)
« Vous savez, je ne connais pas un fond qui va dézinguer l’équipe dirigeante car les chiffres ne sont pas là. Ils investissent parce qu’ils vont en tirer de l’argent sur le moyen terme. C’est un mariage de raison sur 2 à 5 ans. On ne leur demande donc pas d’être gentil mais bienveillant. D’autant qu’on a tous à rendre des comptes dans la chaîne… »

le pacte d’actionnaire

« Prenez tout de suite un avocat qui s’y connaît en levée de fonds ! », conseille d’emblée Michel de Guilhermier, devant le nombre de clauses qui peuvent y être mises. « Avocat voire leveur de fonds qui va faire le storytelling de la société et le marketing financier », ajoute Patrick Robin.
Un avocat ! « Il est indispensable d’en prendre un, certifie Xavier Zeitoun, surtout quand c’est la première fois qu’on est exposé à ce genre de clauses, qui sont très techniques et dont on ne sait pas vraiment ce qu’il y a derrière. En effet, ce n’est pas lisible pour quelqu’un qui n’a pas fait de droit »
l’avocat n’est pas un intermédiaire entre l’investisseur et l’entrepreneur. « Il est plus derrière l’entrepreneur, précise Serge, la consultation se fait au fil des négociations. » « C’est moi qui ai mené l’ensemble des négociations, ajoute Xavier, j’avais pour réflexe d’envoyer la term sheet à l’avocat qui me disait si cela était acceptable ou non.  Il m’a conseillé également sur les justifications à donner à l’investisseur lors de la négociation de certaines clauses ».
Le cabinet de Serge Vatine ne fonctionne pas au pourcentage. C’est un forfait qui peut aller de « 5 000 € pour une levée avec des business angels à 12 000 € voire 15 000 € maximum pour une opération plus longue avec des fonds »
« Il faut bien faire la différence entre maîtrise du capital et maîtrise du savoir-faire. C’est pour cela que les fonds investissent sur des personnes avant tout, ils pensent que l’équipe dirigeante est la bonne et qu’ils peuvent lui faire confiance pour mener à bien la stratégie. »
« En effet. Personnellement, je les considère vraiment comme des associés. On peut s’appuyer sur leur expertise, leur retour d’expérience leur benchmark du marché, car ils en voient tourner des dossiers à l’année ! Et il serait idiot de prendre une décision seul et de ne pas se faire conseiller par des gens qui ont l’expérience… »
on a rapidement levé 15 millions d’euros avec 14 actionnaires, j’ai donc très vite perdu la majorité, mais cela ne pas m’a pas empêché de prendre un plaisir énorme et de rester aux commandes
Faire venir des investisseurs oblige à plus de rigueur et à prendre plus de recul sur nos actions, c’est plutôt bénéfique
« Il est important de défendre sa valorisation, lance d’emblée Serge, les clauses permettent de compenser ensuite. » « En amorçage, j’appelle les entrepreneurs à se battre sur la valorisation, s’ils ne sont pas face à de lourds investisseurs, pour éviter une trop forte dilution. Car il ne faut pas oublier que d’autres levées vont suivre. » Et dans les faits, Serge Vatine affine son propos : « Il s’agit de négocier un peu à la hausse la valorisation en contrepartie de certaines clauses qui viendraient d’être insérées. »
clauses nécessaires ?
Oui. Notamment celles touchant au droit d’information des investisseurs sur la société
« On peut aussi évoquer la clause d’implication, renchérit Serge, des investisseurs n’investiront pas dans des sociétés où les entrepreneurs ne sont pas opérationnels et à 100% sur le projet. C’est fondamental. »
la fidélité à la société. « Les investisseurs vont demander à l’entrepreneur de restituer des actions, s’il  s’écarte ou se désintéresse du projet, pour permettre de recruter celui qui le remplacera, explique Serge, on l’appelle la clause de Bad Leaver. Elle est essentielle et va aussi dans l’intérêt de l’entrepreneur. Attention toutefois à la durée de cette clause : 2-3 ans c’est raisonnable. 5 ans en amorçage, sachant que s’il y a d’autres tours derrière et que les clauses peuvent s’empiler tel un mille-feuilles, c’est dangereux. »
Négociez  la valorisation de sortie, bref le partage du gâteau lors de la cession de la société,  plus que la valorisation d’entrée des investisseurs dans le capital. (link)
négociez à votre profit une relution progressive avec le prix de cession (Par exemple,  si vous avez 60% du capital que le prix de cession est de 5 M€, vous ne demandez aucune relution, si le prix de cession est de 6 M€, vous demandez 70% du prix de cession sur la tranche entre 5 et 6 M€, etc.).  A cela deux raisons : en premier lieu, cette attitude démontre votre confiance dans le projet, et rassure donc les investisseurs. Ensuite, la répartition du capital  entre les investisseurs et les fondateurs est accessoire (i) dés lors que ces derniers conservent, après l’entrée des investisseurs, la majorité absolue pour prendre tout type de décision (dans une S.A, cette majorité est de 66.67%,  dans une SAS en fonction des statuts, même si d’usage, celle-ci est fixée à 30%)  (ii) ou que cette répartition des pouvoirs entre fondateurs et investisseurs est acceptée par l’ensemble des parties. En effet, les startups ne versent pas de dividendes à leurs actionnaires (elles préfèrent utiliser les ressources à se développer), et les rémunérations allouées aux fondateurs sont en principe fonction de leur contribution au projet.

les trois niveaux de la gouvernance d’une entreprise :

le management.
le conseil d’administration et
les actionnaires, ceux qui possèdent la boîte,

points d’attention

la crise de croissance.
« On recrute, on change de locaux, c’est tentant. Le problème, c’est que si le CA ne suit pas derrière, il est très compliqué de revenir en arrière. Pour éviter la désorganisation d’une levée, il faut être capable de contenir ses coûts fixes ».
Pour les business angels et autres investisseurs en capital, les porteurs de projet leur présentent des dossiers pas assez aboutis, souvent par manque de recul sur les véritables enjeux  et  considèrent insuffisamment l’argent qu’ils ont durement gagné.
évitez de donner l’impression aux investisseurs que leur argent va servir à plus rémunérer les porteurs de projet qu’à  développer ce dernier. Dans de trop nombreux business plans, l’on constate une forte augmentation des rémunérations des actionnaires fondateurs après la levée des fonds.
montrez que le besoin en financement est bien calibré. En clair, que l’ensemble des dépenses sont absolument nécessaires au décollage de votre projet et qu’elles en sont pas surestimées. Par exemple, le niveau des dépenses marketing et commerciaux doit être cohérent respectivement avec la stratégie marketing et commercial.  Trop de business plans comportent des niveaux excessifs de ce type de dépenses. Généralement, ils traduisent une stratégie marketing insuffisamment aboutie.
Validez bien votre projet sur le plan économique. Idéalement, cette validation passe la signature de contrats à la rentabilité démontrée, à défaut à forte probabilité de rentabilité. Généralement, les porteurs de projet puisent dans leur carnet d’adresses pour passer les premières commandes, ce qui permet d’engranger rapidement un premier chiffre d’affaires.  Mais cela ne prouve pas forcément que la stratégie marketing et commerciale est aboutie ou que le projet est économiquement viable. En effet, le retour d’expérience démontre que dans de trop nombreuses situations, les porteurs de projets n’arrivent pas à transformer ce premier chiffre d’affaires en chiffre d’affaires reproductible (repeat business), faute  de pouvoir commercialiser des produits/services  aboutis et donc industrialisables.

C’est quoi le lean startup ? (link)

Le lean startup, c’est un mouvement qui consiste à accélérer la façon dont les startups sont créées aujourd’hui. Ce n’est pas une méthode différente, mais une manière de tester plus et plus vite différentes hypothèses afin de trouver la bonne idée, dans des contraintes de temps et de budget qui sont très limités quand on est une startup.

« dérisquer » son modèle économique,

et, plus tard, son produit, de façon à trouver le bon produit à la typologie de clients auxquels on va s’adresser. Pour une startup, l’enjeu d’accélération est majeur pour être visible et préempter un marché avant les autres.

c’est la validation des hypothèses préalables de l’entrepreneur.

Difficile en effet d’avoir du recul quand on se lance…

En allant parler à des clients !

Pour les startups drivées par l’innovation technologique, forcément, on est obligé de passer par une étape de R&D. Mais pour les startups qui se basent sur une révolution d’usage, la majorité, cela a tout son sens de faire ce que l’on appelle du développement client. De les rencontrer pour définir les contours d’un client type, un early adopter qui sera le premier fan du produit et de se servir de ses feedbacks pour développer en parallèle son produit.
Concrètement, comment procéder, surtout si on n’a pas de compétence Web ?
Prenez l’exemple de l’application Sunrise qui vise à remplacer les agendas. Au départ, les créateurs ont créé une newsletter où l’on recevait chaque matin nos RDV de la journée. L’astuce est de développer des choses qui coutent moins cher mais qui apportent, au final, la même valeur.
Dans une startup, on travaille sur un marché qui n’existe pas. Ca s’appelle donc du développement client.
Il faut partir d’une hypothèse à tester et l’expérimenter par des entretiens individuels sur un segment de clientèle défini et évidemment accessible. S
ur ces retours, on doit se demander si c’était bien le bon segment visé ou non. Puis, il faut demander à ces personnes de nous en recommander d’autres et ainsi, on arrive très vite à des niveaux n+2 ou n+3 de son réseau
On peut commencer par interroger 10 personnes
On peut commencer par interroger 10 personnes. Si toutes leurs réponses sont négatives vis-à-vis de notre concept, c’est qu’on n’est vraisemblablement pas sur le bon terrain ! Si on recueille quelques « oui », il faut continuer jusqu’à 50,60 personnes. C’est du qualitatif, ça veut dire passer du temps avec eux ! Si on a environ 70% de réponses positives, on va passer à une approche quantitative, basé sur des formulaires en lignes, les réseaux sociaux ou de l’achat de mots clés pour avoir des milliers de personnes à interroger. Evidemment, au début on peut le faire seul mais très vite il faut muscler son équipe.

quid du business plan qui semble bien dérisoire avec cette méthodologie ?

Le BP, c’est une projection sur 5 ans avec Excel : c’est comme ça qu’on faisait des startups il y a 10 ans… et ce qu’attendent encore aujourd’hui certains investisseurs ! Le plus important, c’est le business model qui est plus synthétique et malléable. Avec le lean startup, on arrive à tester plus vite un maximum d’hypothèses… mais ça ne garantit pas le succès pour autant !

Lever des fonds s’apparente souvent à un travail à temps plein.

certains entrepreneurs font ainsi appel à des leveurs de fonds (ou banquiers d’affaires). C’est le cas de Loic Soubeyrand, le co-fondateur de Teads, qui raconte l’envers du décors de cette profession, en compagnie de Sabine Fillias, la directrice générale de Chausson Finance, dont c’est le métier.

Notre métier est d’aider les entrepreneurs, nos clients, à convaincre un investisseur que sa startup a un tel potentiel que cela mérite de mettre de l’argent dedans. A Chausson Finance, nous nous positionnons sur du capital-risque donc sur des levées de fonds entre 2 et 15 millions d’euros. »

Tout d’abord, notre rôle est de savoir écrire de belles histoires d’entreprise et d’entrepreneur. Une startup peut se présenter d’une dizaine de manières. Mais il y en a une qui va mettre des étincelles dans les yeux des investisseurs. Car vous savez, un investisseur a envie de rêver et de se dire, ce matin, je vais rencontrer un futur Google ou Facebook ! »

l faut compter en moyenne en effet entre 4 et 6 mois. Ce qui me fait penser à un conseil : ne débutez pas votre levée de fonds 2 mois avant la fin de votre trésorerie ! »

Combien ça coûte un leveur de fonds ?

Ils prennent une commission par rapport au montant levé, entre 2 et 8% généralement. Sans compter un retainer fixe »
Ce qu’il faut savoir c’est qu’on prend des risques avec nos clients : je suis payé le jour où la transaction est conclue. Donc pendant 6 mois, je ne touche rien. Le retainer, pour nous, a plus une vocation pédagogique. Déjà, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur. Et l’on s’est rendu compte que quelqu’un qui n’était pas prêt à sortir son chéquier au départ, n’était pas foncièrement motivé pour lever des fonds. »
« Au final, avec les frais d’avocats en plus, il faut prévoir de lever un peu plus que ce que l’on a vraiment besoin ».

En réalité et en moyenne, à chaque tour, il faut voir le stade de financement nécessaire et compter un montant devant correspondre en gros à 1/3 du capital. »